État

Apollyon

Près de l’abominable temple,
Pleut la foudre des préjugés,
Générés par les êtres étriqués,
Quémandeurs absurdes du peuple.

Êtres dotés d’une cupidité ample,
Plébiscitant l’étroitesse de la pensée,
Sépulture d’un monde condamné,
Névrosé et sans périples.

Sachez que ce monde est le nôtre,
Trépas de la liberté,
Témoignant de la médiocrité,
Ténébreuse de ces êtres.

Et dans ce monde nous croupirons,
Rongés par ces êtres infâmes,
Mesquins et adorateurs de ce dogme,
Meurtrier qu’est celui du démon.

Destruction (Thomas Cole - 1801/1848)

Destruction (Thomas Cole – 1801/1848)

(Poème de 4 strophes, rimes embrassées - Morgane Yvanna H)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s