État

Mille et Une Libertés

Dans le grand livre des Mille et Une Libertés,
Les mots dansent ensemble pour l’éternité,
S’entrelaçant sur une douce mélodie,
Symbole de délivrance et d’euphorie.

La reliure se plie en toute féminité,
Et les pages se tournent sans difficulté,
Tandis que le lecteur lit la calligraphie,
Riche en belles rimes et en poésie.

Découvrant un monde nouveau et enchanté,
Passage destiné à l’âme exilée,
Du voyageur hanté d’un amour transi,
Pour l’expression écrite de la rêverie.

Et le langage de notre humanité,
Se révèle dans ce livre adulé,
Sacré ; dont le pouvoir transcende les vies,
De ces voyageurs amoureux d’art et d’écrit.

WinterBook

Infographie & photographie : DR

(4 strophes - rimes suivies - Morgane Yvanna H)
État

Matricide

De son ventre arrondi Gaïa enfanta,
Un titan à l’âme emplie de noirceur.
Possédé par les ombres du mal,
Tourmenté par les démons,
Il n’eut cesse de détruire sa beauté,
Pour y bâtir un monde de désolation.

Wonderland Gaia : The Birth Of An End (Kirsty Mitchell)

Wonderland Gaia : The Birth Of An End (Kirsty Mitchell)

(Sizain - Morgane Yvanna H)
État

Dame Liberté

En hiver, l’enchanteresse duchesse libertaire,
Emmitouflée dans sa pèlerine d’éther,
Danse sur le lac verglacé des entraves,
Remplissant l’air d’une mélodie suave.

Au loin, le marquis de toutes les oppressions,
Essaye de la courtiser avec passion,
Mais cette triste aventure est vaine,
Car la belle est l’absolue souveraine.

Nul homme ne peut séduire cette femme,
Éprise depuis l’enfance d’un désir vif,
Pour la beauté froide de cette grande dame,
Au cœur émotif et à l’esprit créatif.

Liberté est cette grande dame tendre,
Dont tous les êtres humains peuvent s’éprendre,
Il suffit pour cela, d’oser la demander,
Elle vous tendra alors sa main pour l’embrasser.

WinterQueen

(Poème de 4 strophes, rimes, vers libres - Morgane Yvanna H)
État

Abandon

Nimbée dans une auréole de brume,
Accrochée à la roche, elle est la cascade
Tentatrice. L’ardeur de ses baisers
Use mon souffle et ses violentes caresses
Recouvrent mon corps d’ecchymoses.
Englouti par le courant de son désir, j’expire.

Seljalandsfoss - Islande / Photographie : DR

Seljalandsfoss – Islande / Photographie : DR

(Acrostiche - Morgane Yvanna H)
État

Apollyon

Près de l’abominable temple,
Pleut la foudre des préjugés,
Générés par les êtres étriqués,
Quémandeurs absurdes du peuple.

Êtres dotés d’une cupidité ample,
Plébiscitant l’étroitesse de la pensée,
Sépulture d’un monde condamné,
Névrosé et sans périples.

Sachez que ce monde est le nôtre,
Trépas de la liberté,
Témoignant de la médiocrité,
Ténébreuse de ces êtres.

Et dans ce monde nous croupirons,
Rongés par ces êtres infâmes,
Mesquins et adorateurs de ce dogme,
Meurtrier qu’est celui du démon.

Destruction (Thomas Cole - 1801/1848)

Destruction (Thomas Cole – 1801/1848)

(Poème de 4 strophes, rimes embrassées - Morgane Yvanna H)